top of page
index-finger-3332802_960_720.jpg

ETUDE

De l’autorité statuaire de la modération et de la hiérarchie des Neurchis

GDNLOGO.jpg

La Gazette des Neurchis - Édition de Mai 2022

· Retour à la Gazette ·

L'autorité d'une entité sur un ensemble de membres d'un même groupe n'est pas exclusive aux États, gouvernements, groupes religieux et culturels, et aux possesseurs de pouvoirs armés.

En réalité l'autorité s'exerce quotidiennement, dans la majorité des cadres de la vie sociale.

L'autorité au sein du cercle familial, professionnel, amical également, est vitale à la bonne tenue d'une société telle que nous la connaissons.

De l'autorité découle une hiérarchie, qui peut être modulable et variable selon le contexte, mais qui reste présente tout au long de notre vie.

 

Nul besoin d'être convaincu en politique, assidu en culte ou membre d'un groupe culturel quelconque pour subir une autorité latente et passive ; Entrez dans un véhicule et vous vous soumettez au code de la route, pénétrez dans votre bureau et vous subissez l'autorité liée au lieu de travail, exprimez-vous sur internet et vous aurez à faire avec l'œil vigilant des modérateurs.

Voyons ensemble comment l’autorité s’exerce au sein des neurchis.

Partie I : L’autorité mécanique hiérarchique Neurchiste

 

Si elle paraît évidente, la présence de la hiérarchie au sein des neurchis n’est pas souvent soulignée ni remarquée, pour une seule raison ; Elle est latente et acquise.

Comme nous le disions plus tôt, l’autorité nous entoure à chaque instant de notre vie, et de ce fait la hiérarchie. Aussi, il ne nous paraît pas incohérent de retrouver une hiérarchie sur internet, et notamment sur les neurchis. À dire vrai, nous ne la remarquons souvent que lorsque nous y sommes confrontés ; Un avertissement, un mute ou un ban pour les plus chaudes têtes d’entre vous.

Pour les néophytes qui nous lisent, voici la hiérarchie Neurchiste, qui s’applique sur nombre de forums et sites ;

  • L’administrateur, ou admin, est la personne propriétaire du neurchi, bien souvent la créatrice, qui a plein pouvoirs sur le neurchi (Archivage, bannissement, suppression de posts…)

  • Les modérateurs, ou modos, sont généralement plusieurs pour les neurchis de taille moyenne et grande, et secondent l’administrateur dans les tâches classiques (Gestion des membres, des posts, des alertes modération…). Les modérateurs et l’admin interagissent souvent ensemble d’une même voix, ils sont surnommés modadmins.

  • Les membres badgés, une nouveauté déjà ancienne, des membres qui reçoivent de la part des modérateurs ou de l’admin un badge pour récompenser, remercier ou approuver le membre d’une action sur le groupe (Éclairant, Inspirant, Utile…)

  • Les membres, constituent le public du neurchis, peuvent poster si approbation préalable des modérateurs, commenter et signaler les publications (Aux modérateurs et non à Facebook, bien entendu).

 

Avant même d’entrer sur le neurchi, une autorité s’applique : Le (futur) membre doit être accepté par les modadmins en répondant à un bref questionnaire et en ayant lu les règles (ou du moins avoir fait semblant).  Si cela peut paraître anodin, cette sélection rend ce groupe réservé uniquement à certaines personnes – bien que dans la plupart des cas la majorité des demandeurs est acceptée – ce qui remplace le statut de simple internaute à membre du neurchi.  Ce point-ci n’est valide que pour les groupes privés, mais il est d’usage de considérer les groupes publics comme n’étant pas des neurchis mais bien des groupes d’une thématique, et a contrario tous les groupes privés ne sont pas non plus des neurchis.

Ce statut peut être retiré ou amélioré à la discrétion des modérateurs, et confère un certain pouvoir :

Celui de pouvoir voir les posts, interactions au sein du neurchi et de pouvoir y participer. Ce sont des actions réservées uniquement aux membres, dont l’ensemble des internautes ne peuvent avoir accès, ce qui rend ce statut déjà privilégié, alors qu’il est au bas de l’échelle.

Si vous venez à être récompensé par la modération, votre badge va s’afficher près de votre nom, et peut vous valoriser lors de vos interactions, par exemple en cas de conflit, et même s’il n’apporte aucune influence concrète, cela confère un statut légèrement supérieur.

Cette sensation factice de supériorité, car ce n’est au final qu’un mot rajouté près de votre nom, est commune dans la société à grande échelle ; Un titre bonificateur pour vous valoriser, alors que le métier reste le même, porter une marque de vêtements au-dessus de vos moyens alors que cela ne reste que du tissu vendu dix fois son prix, se vanter de connaître une personnalité alors que c’est votre sœur qui connaît le frère de celle-ci, ces actes sont des phénomènes courants de hiérarchie fantôme. À partir du moment où l’on entre dans un système social, avec une hiérarchie, nous avons souvent l’envie ou le besoin de gravir les échelons pour exercer un pouvoir sur autrui.

Même si vous n’avez pas l’âme d’un dictateur ou la prestance d’un personnage politique, vous avez toujours un statut supérieur à quelqu’un ; Vos enfants, des amis plus jeunes que vous, des collègues, des béotiens dans un domaine que vous maîtrisez mieux, ou des inconnus dont le métier « dégradant » est plus « bas » que vous. Précisons ici que la notion de métier dégradant n’est exprimée que par une opinion largement diffusée au sein des groupes sociaux, bien que concrètement il n’en n’est rien et que cela reste une notion subjective.

La hiérarchie fantôme diverge largement d’une hiérarchie concrète que l’on retrouve dans les systèmes monarchistes, entrepreneuriaux ou gouvernementaux, car l’application du pouvoir n’est que psychologique. A contrario d’un roi qui pourrait condamner à mort l’un de ses sujets, un modérateur ne peut que bannir un membre d’un neurchi, l’action est virtuelle et sans réelle conséquence dans les faits, mais il exerce un pouvoir psychologique : Admettons que vous discutez avec un modérateur de votre neurchi préféré, dont vous ne souhaitez pas vous faire bannir, vous aurez tendance à aller dans son sens ou, si opinion divergente, à prendre plus de pincettes qu’avec un membre lambda. Ce processus est similaire au rire forcé d’une blague gênante de son patron, sauf que les conséquences sont ici bien plus sérieuses et réelles.

Allez insulter l’équipe modamin d’un neurchi, et votre nom sera blacklisté de tous les autres neurchis, vous pourrez créer un nouveau compte, mais vous aurez à l’égard de cette même équipe plus de soumission.

La hiérarchie fantôme s’exerce également au-delà du virtuel, et de manière totalement latente, mais de voir ainsi nos comportements sociaux s’adapter sur le web comme nous le faisons dans la vie courante a quelque chose de fascinant. Bien que le web, les neurchis et les interactions sociales par l’intermédiaire d’internet soient de plus en plus courante, rappelons que l’anonymat partiel et l’irréalité concrète de nos actions sur le web ne devraient pas générer ces comportements, pourtant elles les amplifient ;

L’importance de l’image sociale est cruciale dans un système hiérarchique, se faire voir comme quelqu’un de cultivé, de drôle, de juste, ou simplement de discret, et la relation entre l’image et le rang hiérarchique est bidirectionnelle ; L’image que vous renvoyez va varier selon votre rang, et votre rang va être impacté par votre image. De cette image, notre nature sociale, nous pouvons distinguer l’image web, l’avatar, et l’image réelle, nous-même.

Nous pouvons choisir d’être une seule et même entité sur internet et au quotidien, nous tenir à nos principes et valeurs, ou bien se travestir totalement, incarner une personne qui n’est pas nous au départ, mais qui devient une partie de nous.

 

Nombre sont les mots, dires et discussions que nous n’aurions jamais eu en face à face avec un inconnu, encore moins des discordes, dérapages et insultes profanées à tout va, et pourtant voilà, elles sont là.

L’Internet est devenu un endroit où chacun peut, selon ses envies, devenir une personne bien différente, voire même plusieurs, de ce qu’elle est en réalité, à un point tel que la réalité sociale que l’on connaît est impactée par cette réalité virtuelle.

Les retours des autres utilisateurs, les débats lancés et clos, les réactions à des posts et commentaires, la mise en avant, influe sur notre comportement de notre réalité, en plus d’influer sur notre comportement sur le web.

 

Partie II : La hiérarchie fantôme Neurchiste des Modadmins

 

Les Modadmins sont, par définition, l’élite du neurchi ; Un groupe social à part, une minorité par rapport au public, avec généralement des interactions internes sous forme de conversation privée, ou même de liens relationnels réels. Ils peuvent se concerter, se réunir pour diverses actions, communication, et décider de modifier jusqu’à l’essence même du neurchi.

C’est de ces modadmins que l’on voit des neurchis changer de thématique, introduire ou retirer un filtre, modifier les règles, voire même se « déneurchiser » mais nous en parlerons plus tard.

Les membres n’ont alors que d’autre choix d’accepter, ou de partir.

 

Un mute, un ban, un refus de post, peut être contesté en envoyant un message aux modadmins, si et seulement si ceux-ci sont réactifs et souhaitent engager la discussion, sinon le membre n’a d’autre choix alors que d’accepter, ou de partir.

Nous soulignons ici que les modadmins exercent une autorité peu discutable sur les membres, ce pouvoir peut être convoité, et monter à la tête des plus frêles. Nombreux sont les neurchis désertés car contrôlés par un admin fou, des modérateurs refusant tout en bloc, bannissant pour un mot de travers, en bref les neurchis où le pouvoir est exercé avec un peu trop de fermeté et de zèle.

 

Celles et ceux d’entre vous qui nous lisent et qui ont ou qui ont eu l’expérience de faire partie d’une équipe modadmin savent qu’il est tentant de faire savoir sa présence et de remettre à leur place certains membres.

Il est alors aisé de faire prendre de l’ampleur de certaines actions, comme le tag sauvage par exemple, et d’en faire un sujet d’état, et d’oublier aussi que nous-même, autrefois, il nous est arrivé d’en faire soi-même.

À l’image du prince qui, devenu roi oublie bien vite, une fois qu’il a un fils, qu’il est facile de faire assassiner son père pour en prendre sa place, le modadmin peut oublier rapidement qu’il était, et qu’il est toujours, un membre simple sur d’autres neurchis.

De ce fait, les tensions entre membres et modadmins sont nombreuses, dont la racine est bien souvent une banalité affligeante. Est-ce que ces tensions seraient présentes si les deux membres étaient au même niveau ? Est-ce ainsi une question de contexte, d’argument, de personnalité, ou uniquement de hiérarchie ?

 

Il y a bien entendu des tensions entre membres pour diverses causes, tension rapidement tranchée et désamorcée par un modadmin, mais certains membres ont tendance à accuser les modadmins parfois à tort.

Une publication refusée, car non conforme aux règles ou au sujet du neurchi, précédée de plusieurs refus, illégitimes ceux-ci, peut énerver le membre qui va ainsi s’en prendre à des personnes qui n’ont au final uniquement fait respecter les règles.

Ces tensions existent à tous les niveaux, essentiellement au niveau policier. Ces tensions sont des tensions de redondance ; Une personne va une première fois être confrontée aux forces de l’ordre pour une raison illégitime (délit de faciès, mauvais endroit au mauvais moment, quiproquo) et la personne accusée va, bon gré mal gré, accepter son sort. Mais vient alors dans un futur proche une seconde confrontation avec les forces de l’ordre, cette fois-ci légitime (infraction, délit…) l’accusé est alors plus susceptible de s’en prendre aux policiers qui pourtant sont en règle, et ce parce que la tension accumulée (bien souvent au fil des mois et années) doit alors sortir tandis que les raisons sont ici concrètes.

 

Les tensions de redondance sont bien plus récurrentes dans un contexte hiérarchique, car aux premiers conflits illégitimes il est rare de pouvoir s’y opposer de part son statut social, tandis que dans une confrontation au même niveau, si le conflit est illégitime, la tension peut de suite sortir et ainsi annuler l’effet de redondance.

 

Conclusion

 

L’autorité croissante au sein des neurchis, et sa hiérarchie implicite qui concerne l’ensemble du web, influe sur les comportements sociaux des membres, quel que soit le niveau, et contribue ainsi à donner une image globale, une identité propre, d’un neurchi selon la rigueur ou le laxisme de son équipe, la fermeté ou la sympathie qui va forcément impacter les membres et leurs interactions, exactement comme dans une société classique qui nous entoure.

Ces actions bidirectionnelles entraînent un engrenage sans cesse plus vif, plus pressant et plus clivant, au détriment de certaines actions sociales motivées uniquement par le désir d’oppression ou au contraire de liberté parfois anarchiste, parfois idéaliste.

Pour éviter que nos neurchis ne deviennent alors une dictature policière ou au contraire une zone de non-loi, respectez les modérateurs et leurs actes, et en tant que modérateurs, respectez les désirs des membres et accordez-leur le droit à l’erreur et une légitimité à poster.

Par Simon Patigny

bottom of page